Is the Canadian agriculture falling into a debt trap?

With agricultural commodities prices falling and the prospect of rising interest rates getting closer, I thought it could be interesting to see where the Canadian agriculture stands debt-wise. In this post, I will look at the indebtedness in two ways.

Firstly, farm indebtedness will be assessed relative to the output of the Canadian agriculture. We start by deflating the farm debt value by the CPI. The output is derived from the value of the production (farm sales and change in inventories) by deflating it by the farm products price index. By building an index, we are able to obtain the change in our ratio [Farm debt / Output].

We do the same with the Gross value added (GVA) of the Canadian agriculture and the total value of farm assets (real estate and quota).

The first graph below presents the evolution of our three ratios. What really stands out is:

  • the significant decrease of the economic efficiency (GVA/Output) of the Canadian agriculture over the period considered here (1981-2014) though it has bounced back a bit over the last 10 years thanks to high prices.
  • from 1995, the divergence of dynamics between, on one hand indebtedness and farm assets value, and on the other economic efficiency.

debt trap CDN_AG

That could be explained mainly by two factors :

  • lower interest rates which are now close to the lowest level they could reasonably be at;
  • the increasing share of off-farm income in the farm households which is not captured by the GVA account, and that provides liquidity to repay debt obligations

Secondly, we will look at the indebtedness in the Canadian agriculture through the ratio (Farm debt outstanding)/(Maximum farm debt).

Maximum farm debt is defined as the long-term debt allowed by the aggregate debt servicing capacity, assuming terms and conditions complying with current best agricultural lending practices:

  • Debt service coverage ratio of 1.1, calculated as Earnings before Interest, taxes, Depreciation and Amortization (EBITDA) divided by Principal plus Interest payment. Using Statistics Canada data, EBITDA is approximated by Net cash income plus interest. Because of the intrinsic volatility of farm income, we will use a 3-year average of net cash income before interest in place of the current value to calculate our debt repayment capacity.
  • Repayment period based on useful life of assets. Usually, it is based on the weighted average of the useful life of the different asset classes. However, in order to assess the maximum level of debt, we could use a 20-year repayment period providing the ratio Maximum debt to total Land value remains below 75%. If that ratio was to be above 75%, we would have to revert to the weighted average, with 15 years a good benchmark.
  • Prudent interest rate: the 5-year conventional mortgage rate which is commonly used to stress-test credit risk of agricultural loans. Comparing it to the apparent average interest rate paid by farms, we could note that from the mid-90’s, the spread between the two interest rates is relatively stable.

The graph below shows that indebtedness capacity became more and more saturated until 2005-2007. Then, lower interest rates, increasing farm products and farmland prices, all contributed to raising the maximum farm debt.

max debt + scen

We note that two provinces stand out : Saskatchewan and British Columbia (BC). The former has experienced a remarkable drop in indebtedness saturation because all the recent trends mentioned previously were amplified here. The latter, a contrario, has experienced a very significant jump with a current indebtedness saturation of more than 100%. How is that possible? Short answer: off-farm income, low interest rate, non-standard lending term and conditions, farmland prices driven by non-agricultural factors.

Now, we will assume that the interest rate gradually reverses to its 20-year mean over 10 years while debt repayment capacity, farm debt and land value remain constant. That sole change would lead to increasing saturation of the indebtedness capacity. However, we could construct realistic scenarios which would lead to a much faster saturation.

As far as I am concerned, the debt problem of the Canadian agriculture is not a problem of solvency. The Canadian agriculture is solvent. I do not foresee any collapse of crisis-scale within the next decade. It is a problem of restricting the ability of the Canadian agriculture to sustain, over the long term, a level of investment consistent with the competitive pressure, the pace of innovation and of demographic change.

Then, questions come to mind: Why debt? Are there other sources of capital available? 

This is a first-level analysis at a very aggregated level. To assess the risk identified here adequately, we need to dig deeper and go to disaggregated levels. Preliminary results show differences along industry and farm-size lines.

A lesson from the 2006-2010 Canadian hog crisis : ASRA, efficiency, vertical integration and the cash flow which saved the Quebec hog industry

Quebec hog producers have been long benefiting from an income stabilization program called ASRA (Assurance Stabilisation du Revenu Agricole) and launched in 1975. This program is an income insurance program that guarantees a compensation to farmers when the market price is below a benchmark cost of production. The farm’s contribution is partly subsidized by the provincial government. The ASRA program covers among other products hog, sows, corn and soya.

By its design, the ASRA program tends to overcompensate the most efficient producers. In 2010, a controversial change was introduced to the calculation of the benchmark cost of production (exclusion of the bottom quartile, the least efficient farms of the sample), but it was subsequently abrogated. Changes were also introduced, at this time, to modulate the level of the farm’s contribution according to the size of its operations relative to the benchmark model (The subsidy decreases from two third to half of the contribution when the operation is at least thrice larger than the benchmark model).

Quebec hog farmers have always strategically optimized their legal structure in order to maximize the level of income stabilization. Initially, it was by separating all production activities in order to get ASRA for crops (corn and soya), even though they may be used as feed for hogs, as well as ASRA for hogs and sows by doing farrowing and finishing in separate legal entities. Then, when the level of subsidy was indexed to the size of the operations, it was time again to adapt the legal structure to the new environment.

Disaggregating farming operations in different legal entities was the backbone of the business model of the main vertically-integrated groups but it was also chosen by medium to large independent farrow-to-finish farms. During the period 1995-2006, when hog production boomed in Quebec, this allowed the most efficient producers to greatly benefit from the ASRA program while the financial position of the program itself was deteriorating.

Some of the hog producers invested that excess cash outside agriculture (say residential real-estate, sometimes in Florida). Others were focusing on developing their business, especially among what would become the main family-owned vertically-integrated hog groups, which then were then able to consolidate the scope of their activities from feedmills to meat processing.

From 2006 to 2010, the Canadian hog industry went through a series of crisis – porcine reproductive and respiratory syndrome, porcine circovirus, H1N1 (‘’swine flu’’), appreciation of the Canadian dollar, COOL legislation in the US, all ending up in severe margin squeeze. They had the cumulative effect of eating away the equity of many hog farms. This culminated in 2009 when the federal government had to intervene drastically through two federal emergency programs (Hog FarmTransition Program and Hog Industry Loss Loan Program). Yet, in Quebec, these programs were not widely used.

During that time, I held different positions in banks involved in financing hog production, positions which gave me a privileged insight into some of the dynamics underlying the restructuring of the Canadian hog industry. Statistics and business news showed that the Quebec hog value-chain weathered quite well this string of crisis, without having to reduce significantly its herd nor going through major bankruptcies, contrary to the Western provinces.

The resilience of the Quebec hog industry can be, at least partly, explained by the fact that the major players of the industry had enough cash reserve going into the crisis. Because of the business model I have described above, vertically-integrated groups had benefited from large ASRA payments over the years, especially since their hog-producing operations were generally much more efficient that the benchmark model used by the ASRA program to calculate compensation. When the businesses were well-managed, that extra cash was used to shore-up their financial position and develop their activities along the whole value-chain. Hence, at the time of the crisis, they were able to keep cash flowing into the system, offering much needed liquidities by contracting with farmers who were otherwise considering exiting the hog production altogether. It is worth noting also that the high prices for grain and oilseeds, while squeezing hog margins, were facilitating this restructuring as many farmers could thus divest only partly their hog operations (usually giving up on farrowing to focus on finishing).

What greatly contributed to save Quebec hog industry during the crisis were not that much ASRA payments to small to medium-sized independent farrow-to-finish hog farms, but the large payments that many thought were unduly received by integrated groups. Therefore, I am wondering whether the hog industry in Quebec would have been in such a good position at the outset of the crisis should the vertically-integrated groups have been excluded from the ASRA program along the line proposed by the working group on income security in agriculture (See report here, in French).

La politique québécoise de sécurité du revenu en agriculture se dirige-t-elle vers une impasse ?

Cette question s’est imposée à la suite de la lecture du rapport final du groupe de travail sur la sécurité du revenu en agriculture au Québec, des premières réactions qu’il a suscitées, et des résultats obtenus lors de récents mandats de recherche.

Pourquoi cette impression d’impasse ? Parce que l’évolution des politiques agricoles de soutien au revenu ne semble pas répondre aux enjeux réels induits par la complexité croissante à laquelle doivent faire face les agriculteurs, les entreprises agricoles, les filières agroalimentaires et agro-industrielles, ainsi que les territoires ruraux où se déploient les activités agricoles et où vivent les agriculteurs. Cette complexité rend totalement caduc le concept de ferme familiale où un ménage fournit la majorité du travail et du capital, vit sur la ferme et entend transmettre son patrimoine à la génération suivante.

Je ne développerai pas ici l’ensemble de mon analyse et les conclusions que j’en tire quant à l’évolution des politiques agricoles et des stratégies d’affaire des entreprises liées au monde agricole. Je mentionnerai uniquement quelques éléments factuels qui nourrissent mes réflexions.

Tout d’abord, un détail qui me semble révélateur. L’introduction de ce rapport mentionne : ‘’ 28,000 exploitations agricoles qui génèrent des revenus de marché de l’ordre de 8 milliards de dollars’’. Or, selon le recensement agricole de 2011, nous aurions pu écrire qu’un peu plus de 8,500 exploitations agricoles génèrent de l’ordre de 7 milliards de dollars de revenus de marché, ou qu’environ 4,100 exploitations contribuent au chiffre d’affaires de l’agriculture québécoise à hauteur de 5 milliards et demi de dollars. Les politiques de soutien au développement de la production agricole concernent à toutes fins utiles moins de 10,000 entreprises, dont certaines ont des propriétaires communs, accentuant ainsi l’effet de concentration économique.

BLOG_securite revenu 1

On retrouve un effet de concentration au niveau territorial. Ainsi, en 2011, 60% du chiffre d’affaires agricole était généré sur 35% de la surface agricole, 80% sur 58% de la surface agricole (selon les données au niveau des sous-divisions du recensement agricole). Par contre, nous pouvons constater que la surface agricole est répartie de manière relativement égale entre les diverses classes de taille économique des entreprises agricoles. Ainsi, les politiques de préservation et d’orientation de l’utilisation du territoire agricole devraient toucher toutes les entreprises agricole. Le découplage des aides à vocation territoriale de la contribution à l’économie agricole semble donc tout indiqué.

Si nous nous déplaçons maintenant au niveau du revenu des agriculteurs et des ménages agricoles, nous pouvons observer l’importance de la pluriactivité dans l’économie des ménages agricoles. Ainsi, dans de nombreux ménages agricoles, le revenu total des agriculteurs est essentiellement composé de revenus non agricoles. En outre, à partir de données de Statistiques Canada, on constate que les paiements directs au titre des politiques de sécurité du revenu agricole contribuent peu au revenu total dans les petites fermes (moins de $100,000 de chiffre d’affaires agricole).

BLOG_securite revenu 2

Si l’enjeu est le revenu des agriculteurs, alors les politiques de sécurité du revenu devraient privilégier les petites exploitations. Cependant, dans le cas de ces petites fermes, qui représentent tout de même plus de 50% des fermes québécoises, nous pourrions dire que la pluriactivité est bien plus efficace pour gérer le risque agricole au niveau de l’économie des ménages que les programmes de sécurité du revenu. Or, il me semble que c’est bien au niveau de l’économie des ménages que se joue l’enjeu de la sécurité du revenu pour ces agriculteurs. Peut-être que la meilleure politique de sécurité du revenu pour ces entreprises-là est une politique de développement des territoires ruraux, dont la composante agricole serait centrale, mais pas unique. En particulier, un soutien accru à l’industrie agroalimentaire pourrait permettre le développement de filières permettant une meilleure valorisation des produits agricoles, notamment dans les régions périphériques.

Un autre élément qui motive mes réflexions est la diversité et la complexité des structures et des projets sous-jacents aux activités agricoles déployées sur le territoire québécois. La multiplicité des structures des entreprises agricoles se retrouve, par exemple, dans les statuts juridiques des entreprises agricoles, dans les formes de diversification des productions, ou, comme nous l’avons vu, dans la diversification des revenus des ménages agricoles, ou encore dans les modes de coordination des activités de production agricole aux activités connexes dans les filières agroalimentaires et agroindustrielles. Elles traduisent ainsi la diversité des modes de mobilisation du travail, du capital et du foncier, ainsi que les arbitrages vis-à-vis de leur coût d’opportunité respectif.

Bien que son interprétation ait de nombreuses limites, une typologie des entreprises agricoles individuelles proposée par Statistiques Canada donne une idée de la diversité des projets des agriculteurs – entre la ferme d’agrément et la grande ferme commerciale – et de leur importance relative (voir tableaux ci-dessous).

BLOG_securite revenu 3

Ces projets pourraient se regrouper dans plusieurs grandes catégories. Par exemple : maximisation du profit à divers niveaux (entreprise, holding, filière), maximisation du bien-être du ménage, maximisation des bénéfices fiscaux des statuts des entreprises agricoles, maximisation de la viabilité patrimoniale (transmission intergénérationnelle intrafamiliale), etc.

Cet aspect m’a amené à m’interroger sur la manière dont la fiscalité des entreprises agricoles détermine les projets et les structures de ces dernières. En particulier, il me semble que l’outil fiscal pourrait être utilisé pour répondre aux enjeux soulevés par le marché du foncier agricole. À ce titre, la révision du programme de crédits de taxes foncières agricoles par la Commission permanente de révision des programmes me semble une excellente occasion de repenser la fiscalité du foncier agricole dans le contexte des évolutions récentes des rapports entre exploitants et propriétaires agricoles, et notamment de leurs conséquences sur l’installation de la relève agricole.

Revenant  à la politique québécoise de sécurité en agriculture,  de quel revenu cette politique cherche-t-elle à garantir la sécurité : Le revenu net des entreprises agricoles ? Le revenu des ménages agricoles ?

Et dans quel but : Pour créer les conditions économiques favorables à la continuité de l’approvisionnement des activités de transformations agroalimentaires ou agroindustrielles ? Pour  promouvoir le développement durable des territoires ruraux à travers le Québec ?

Finalement, au-delà des actualisations, développements et simplifications proposés dans le rapport, il me semble que l’hétérogénéité et la complexité du monde agricole québécois appellent à un changement de paradigme, et donc à l’élaboration de politiques publiques véritablement nouvelles, construites à partir d’une approche systémique reconnaissant et intégrant la diversité des projets, des structures, des échelles géographiques et des horizons temporels.

Bertrand Montel ©, 2015.

Questions about lower oil prices and farmland prices in Alberta. Should we be concerned ?

One of the recent issues of The Economist contains a very interesting special report on energy and technology that shows how advances in the fields of renewable energy production, of storage, distribution and marketing of such energy may challenge the place of oil in the global energy mix. Henceforth, it is not unlikely that oil prices may never come back to the level they were over the last decade while they will probably rebound a bit from their current level. Consequently, the changes in Alberta’s economy and socio-economic environment may not be benign and may last. This may lead to a drop in farmland prices, especially in Alberta and this for several reasons. The first reason is lower crop prices. The new energy environment will, in all likelihood, challenge the relevance of the production of bio-ethanol from corn in the US, or biodiesel in Europe. This could shift a bit the supply-and-demand equation of the corn and oilseed markets in favor of demand, resulting in a downward pressure on prices of crops. Even though lower oil prices would reduce the cost of some farming inputs, this may be insufficient to maintain operating margins at the level they were a few years back as they were driving the boom in farmland prices along with rock-bottom interest rates. The second set of reasons lies in the socio-demographic structure of farms in Alberta that I will summarize with a few key figures obtained from Statistics Canada :

  • About 60% of farms in Alberta have farming gross revenues of less than $100,000. In these farms, the average annual net farm operating income per operator is around $1,700 while their average annual off-farm income is above $55,000.
  • The average net farm income of the farms with less than $100,000 of gross revenues has decreased in nominal terms between 2001 and 2011.
  • 30% of all farms in Alberta are either qualifying as lifestyle farms or as pension farms.
  • 50% of farmers are 55 or older. The farms with only one operator who is older than 55 represent 32% of all farms. These latter farms are very exposed to dismantlement.

Hence I have some concern in the light of recent work I have done in Quebec. Indeed, in Quebec like in Alberta, the family income of farms with less than $100,000 of gross revenues come entirely from off-farm sources and a significant share of these farms are either lifestyle farms, or pension farms. These farms do not contribute much to the economy. Yet, in Quebec, they own almost 25% of farmland and this is why I have some concern about a drop in farmland prices in Alberta even though interest rates are still set to stay low for a little while. Questions remain for which I do not have answers as of now – and I would gladly look into them for any organization interested in finding out – as they are key to assess the risk of a drop in farmland prices because of lower oil prices :

  • To what extent the economy of the different categories of farms in Alberta is sensitive to the health of the oil industry ?
  • What is the relative importance of the categories of farms sensitive to lower oil prices ?
  • What is the share of farmland owned by these farms ?
  • What is the likelihood that exiting farming is the best course of action for them ?

Le rapport de l’IREC ”L’endettement des fermes au Québec : un portrait contrasté” aborde-t-il vraiment le sujet ?

Mes commentaires se limiteront aux aspects méthodologiques du rapport tout juste publié par l’IREC et intitulé L’endettement des fermes au Québec : un portrait contrasté.

Le rapport a pour objet l’endettement des fermes québécoises mais se restreint finalement à l’analyse d’un seul ratio d’endettement, le taux d’endettement. L’interprétation du taux d’endettement par un banquier se fait selon deux dimensions : i) existe-t-il une réserve d’actifs pouvant être liquidés pour réduire la dette et ainsi éviter un défaut? ii) quel est le risque de pertes en cas de liquidation de l’entreprise ? Dans les deux cas, on suppose que seule l’entreprise analysée est concernée et qu’il existe des acheteurs sur le marché secondaire des actifs. Aussi, si nous nous plaçons dans le cadre d’une analyse agrégée, même s’il s’agit de valeur moyenne, le taux d’endettement n’est pas approprié. En effet, celui-ci dit alors seulement que si nous liquidons un certain pourcentage des actifs à leur valeur marchande, nous pouvons rembourser l’intégralité de la dette courante. Mais à qui seraient vendus ces actifs ? Et surtout, à quelle valeur ?

De là, découle deux autres commentaires.

Le premier porte sur la valeur des actifs agricoles. En effet, il apparaît que celle-ci est bien plus au cœur du rapport que l’endettement puisque les trois ratios analysés se rapportent à celle-ci. Aussi, aurions-nous été en droit d’attendre une discussion plus approfondie de cette valeur, notamment en ce qui concerne les terres agricoles et les quotas où les références de prix découlent de marchés où il y a peu de transactions et où la quasi-totalité des transactions sont réalisées à la marge. Ces valeurs sont-elles adaptées à l’analyse entreprise qui se situe ici, je le rappelle, à un niveau agrégé (ferme moyenne Statistiques Canada) ? Toujours en lien avec la valeur des actifs, j’avoue que l’analyse que font les auteurs du Graphique 2 [page 14] me laisse perplexe. Selon eux, la hausse de la valeur des actifs démontre que l’agriculture québécoise continue de se développer. Or, quand on s’intéresse à l’évolution de la production physique agricole agrégée, on constate une très faible croissance, voire une stagnation au cours des cinq dernières années. De plus, la hausse de la valeur des actifs est bien plus rapide que celle des prix agricoles, ou que celle des revenus nets agricoles.

Le second commentaire porte sur l’absence d’analyse du rapport entre le niveau d’endettement et la capacité des fermes à répondre aux obligations financières en découlant. Là encore, je suis surpris par certains propos des auteurs (p17) : ‘’À ce titre, plusieurs observateurs et intervenants consultés lors de notre recherche nous ont confirmé que ces ratios étaient utilisés dans les institutions financières pour établir le niveau de solvabilité et de stress financier des entrepreneurs agricoles. Ces ratios sont le taux d’endettement, la productivité du capital et la rentabilité économique simplifiée’’. Au cours de la décennie où j’ai travaillé dans le financement agricole au sein de différentes banques canadiennes, je n’ai jamais utilisé la productivité du capital ni la rentabilité économique simplifiée dans mes analyses de risque de crédit. Ces ratios ne font partie d’aucun des modèles de risque de crédit pour l’agriculture que j’ai eu à utiliser. Le ratio financier le plus déterminant n’est pas le taux d’endettement (le ratio de levier privilégié est en fait Dette sur Valeur Nette Tangible), mais bien plutôt le ratio de couverture du service de la dette, ou encore le ratio de Dette portant intérêt sur Bénéfice avant impôt, intérêts, dépréciation et amortissement (BAIIDA). A ce titre, l’analyse du ratio Dette portant intérêt sur BAIIDA serait un complément nécessaire à l’analyse du taux d’endettement.

Par ailleurs, la productivité du capital aurait dû être calculée en prenant non pas les ventes mais le revenu net agricole ou le revenu d’opérations car la finalité des fermes n’est pas de faire des ventes mais des profits, du moins me semble-t-il.

Lorsque les auteurs analysent les ventes et les revenus nets agricoles, ils ne développent aucune discussion sur la contribution respective du niveau des prix agricoles et de l’accroissement de la productivité et de la production à ces revenus. Or cette discussion est fondamentale car c’est elle qui permet d’évaluer la résilience des revenus face aux fluctuations du marché et c’est elle qui permettrait de vraiment interpréter les ratios faisant appel aux revenus nets agricoles et d’évaluer les risques face à l’endettement.

Un autre manque du rapport est l’absence d’analyse de l’influence de la taille des entreprises agricoles sur le niveau d’endettement. Or, en utilisant la même source que les auteurs (Enquête financière sur les fermes de Statistiques Canada), on constate un seuil à $100,000 de ventes en deçà duquel le taux moyen d’endettement est nettement plus faible que la moyenne. Cela rejoint mes observations alors que je travaillais dans le financement agricole, à savoir que de nombreuse fermes peu endettées sont en fait des fermes en désinvestissement, au sens où l’absence de relève conduit l’exploitant à maximiser les rentes (maintien de la production dans un régime de soutien public généreux) et la valeur nette de liquidation de son exploitation, et ce en minimisant les investissements productifs pour minimiser la dette. Dans le même temps, on constate aussi que l’efficacité économique (BAIIDA/Ventes) des activités agricoles des fermes de moins de $100,000 est faible. De manière générale, en utilisant la ferme moyenne de Statistiques Canada ,et en se plaçant ainsi à un niveau agrégé, les auteurs évitent d’aborder des questions très importantes : existe-t-il des groupes de fermes très endettées, voire surendettées ? Quelles en sont les caractéristiques ? Les trajectoires d’investissement et de capitalisation ?

Absente aussi de ce rapport est une analyse de type prospective. En effet, il ne faut pas oublier que nous sommes dans un contexte historiquement particulier couplant une période prolongée de prix agricoles élevés et de taux d’intérêt extrêmement bas. Aussi, faudrait-il se poser la question de l’impact d’une hausse des taux d’intérêt et/ou d’une baisse des prix agricoles sur la capacité de servir la dette, notamment quand on se souvient que la marge d’opération moyenne des fermes québécoises stagnent depuis de nombreuses années et que la production agricoles agrégée n’a cru que très faiblement au cours des dix dernières années. A titre d’exemple, dans le cas de la ferme moyenne québécoise utilisée par les auteurs, une hausse de 1% du taux d’intérêt moyen, entraînerait une baisse de 6% du revenu net agricole 2011. Si cette hausse du taux d’intérêt est couplée à une baisse de 3% des revenus bruts (ventes + programmes gouvernementaux), le revenu net agricole baisserait de 22%.

En outre, le niveau d’endettement actuel devrait aussi être analysé par rapport aux investissements futurs requis pour i) transférer les actifs agricoles et ainsi maintenir la base de production agricole du Québec, et ii) maintenir voire améliorer la compétitivité des entreprises agricoles québécoises. C’est en se plaçant à ce niveau d’analyse que l’on pourra déterminer si le niveau d’endettement des fermes québécoises est excessif, c’est-à-dire s’il compromet leur capacité future à investir.

Pour conclure, je m’écarterai des questions méthodologiques pour poser une question à la suite de la conclusion des auteurs du rapport : les difficultés actuelles de transfert d’entreprises agricoles ne résultent-elles pas, en fait, de l’éternel conflit entre détenteur des capitaux et entrepreneurs, longtemps étouffé dans l’agriculture québécoise par le fait que propriétaires et exploitants étaient essentiellement confondus ? Nous devrions donc aussi nous interroger sur la manière dont les divers programmes issus des politiques agricoles successives pourraient favoriser in fine les détenteurs des actifs d’entrée dans l’agriculture (terres, quotas), au détriment des entrepreneurs qui les exploiteront… Et peut-être commencer à les repnser pour le monde d’aujourd’hui et de demain.

Un regard sur l’agriculture québécoise et quelques questions sur son avenir.

NOTE : Une version pdf avec les illustrations est disponible ici : un regard sur l’agriculture du Quebec .

La période 2007-2012 a vu des changements très importants. La crise financière de 2008-2009 a conduit à un environnement exceptionnel de taux d’intérêt bas, qui, au Canada, a été couplé au maintien d’un accès au crédit relativement aisé grâce à la force des banques canadiennes. Simultanément, l’évolution structurelle des marchés agricoles s’est traduite par un régime de prix historiquement élevés. Tout cela a créé une situation bien particulière qui pourrait déterminer de manière marquante les trajectoires possibles de l’agriculture Québécoise dans le futur.

Tout d’abord, nous analyserons la manière dont la situation financière globale de l’agriculture québécoise a évolué entre 1991 et 2012 à l’aide des données de Statistiques Canada. Nous débuterons avec l’évolution i) des recettes agricoles, de la dette agricole et du BAIIDA agrégé (Bénéfice avant Impôt, Intérêt, Dépréciation et Amortissement), et ii) de la valeur agrégée des actifs agricoles, exprimés en dollars constants 2007.

Les éléments les plus marquants sont :

i)            La relative constance du BAIIDA,

ii)            La hausse significative de la dette et de la valeur agrégée des actifs, notamment entre 1994 et 2002,

iii)            La baisse du taux d’intérêt moyen de la dette.

La période 1994-2002 a vu le développement remarquable de la production porcine au Québec grâce à un effort concerté de l’ensemble des acteurs de la filière. Par ailleurs, durant la même période, le marché des quotas des productions sous gestion de l’offre a connu un changement majeur quand le quota est devenu un actif pouvant être pris en garantie pour fins de financement. Initialement sur 5 ans, l’amortissement du quota s’est rapidement rendu à 7, puis 10 et même 12 ans. Cela, couplé à des taux d’intérêt décroissants, s’est traduit par un accès aisé au crédit, conduisant à une hausse des prix du quota, les achats étant essentiellement faits à la marge.

En analysant la marge de BAIIDA (BAIIDA / Recettes agricoles), nous notons une diminution prolongée. Celle-ci ne s’est renversée légèrement que récemment quand les prix agricoles ont atteint des sommets historiques.

Par ailleurs, les prix des intrants agricoles ont, le plus souvent, augmenté plus rapidement que les prix des produits agricoles. Ainsi, les gains d’efficacité n’ont pas été suffisants pour couvrir la hausse du coût des intrants ou ont tout juste pu la compenser.

Dans le même temps, le ratio Dette / Recettes agricoles a augmenté régulièrement tout comme le ratio Dette / BAIIDA. Cependant, grâce au bond des prix agricoles après 2007, les deux ratios se sont stabilisés mais le niveau sous-jacent de la dette reste élevé.

Pour clairement apprécier l’impact de ces prix agricoles élevés, nous avons estimé la croissance de la production agricole physique agrégée au Québec. Nous retiendrons quelques tendances intéressantes. La première, et la plus remarquable, est la divergence du rythme de croissance du bilan (dette et actifs) de celui des ventes agricoles depuis 1997. Par ailleurs, la croissance de la production agricole agrégée stagne depuis 2007, principalement en raison de l’absence de croissance dans les productions animales.

Pour mettre les éléments précédents en perspective, nous calculerons l’impact d’une hausse du taux d’intérêt et d’une baisse des recettes agricoles en fixant la production et la dette agricoles au niveau de 2012.

Si les prix agricoles étaient au niveau de la moyenne 2010-2012, les ventes agricoles (excluant les paiements directs et basées sur la production 2012) baisseraient de 5.5%. Sur la base d’un contexte de prix similaire, nous faisons l’hypothèse que les paiements directs représenteraient 10% des ventes. Au final, les recettes agricoles totales baisseraient de 6%, et le BAIIDA chuterait de près de 20%.

Si le taux d’intérêt moyen était majoré de 100 pb (1%), les dépenses d’intérêt augmenteraient de 25%.

La combinaison des deux chocs résulterait en une chute de 29% du revenu net agrégé dégagé par l’agriculture québécoise.

Que pourrions-nous dire de l’agriculture québécoise aujourd’hui ?

Sa production physique semble stagner.

Son efficacité a décliné pendant longtemps.

Malgré tout, les valeurs de ses actifs et sa dette ont crû très fortement.

En conséquence, elle pourrait être surexposée à une quelconque hausse du taux d’intérêt moyen et/ou baisse des prix agricoles.

Tout cela soulève quelques questions sur l’avenir de l’agriculture québécoise

Combien de temps cette combinaison unique de prix agricole élevés et de taux d’intérêt bas peut-elle durer ?

Nous avons vu que des chocs simultanés sur ces deux variables auraient un impact significatif sur l’agriculture québécoise. Répondre à cette question est primordial pour évaluer le risque d’une crise sévère dans l’agriculture québécoise dans le futur proche. Cela est d’autant plus pertinent quand on considère les capitaux additionnels requis pour juste assurer le transfert des actifs des fermes sortantes, soit à la relève, soit à des fermes existantes.

Comment l’agriculture québécoise peut-elle augmenter sa production ?

Démographie et mode de consommation impose des résistances à la croissance dans les productions contingentées. Il pourrait y avoir des opportunités pour l’industrie du bœuf si seulement une véritable filière pouvait se structurer. Le secteur des grandes cultures a encore un potentiel de croissance intéressant. Quant à la production porcine québécoise, la croissance sera déterminée par la capacité des transformateurs d’accroître leurs parts de marché tant sur les marchés domestique que d’export, posant ainsi la question de la compétitivité des fermes porcines.

Comment l’agriculture québécoise peut-elle améliorer son efficacité ?

La réponse à cette question sera nécessairement différente d’une production à l’autre. Néanmoins, des investissements seront très certainement requis pour trouver la bonne combinaison d’économies d’échelle et d’innovations dans la production [productivité], dans la commercialisation [création de valeur] et la gestion.

Cependant, des incertitudes demeurent quant à la capacité d’investissement future des fermes québécoises. Y a-t-il assez de fermes capables de supporter les investissements nécessaires ? Si oui, comment les renforcer ? Si non, quel serait l’impact d’une agriculture plus petite au Québec ?

Cela a déjà été dit par d’autres : l’agriculture québécoise a besoin d’une vision, d’une stratégie et d’une politique publique appropriée.